Découvrez nos travauxPour nous retrouverNo conferencesNos publications
           
 
Présentation
 
Les articles
 
Rencontre avec les artistes

  Nous contacter
  English
  La liste de tous les articles
Désert Bagdad Café Muraille Arc Porte
  Qasr el Heir el Gharbi  
  L’endroit fut l’une des plus importantes destinations de ce voyage dont la visite fut réellement passionante. Il n’y a en réalité pratiquement rien à voir là-bas sinon les restes des ruines du château et une étendue sans limite d’un désert plat comme le dos de la main. Qasr el Heir el Gharbi fut en son temps un important carrefour de la route de la soie. Tout d’abord monastère byzantin, le caliph omeyyade Hisham le transforma en palais et en pavillon de chasse. Le lieu semble avoir satisfait sa nostalgie du désert et lui avoir offert un avantageux emplacement en contact avec les tribus locales lui permettant d’établir des voies de communication ainsi qu’un poste de défense stratégique. C’est à cet endroit même que Jean Lafond rejoignit le chantier de fouilles de Schlumberger dans les années 30 ; là, il réalisa que le vitrail n’était pas un phénomène exclusivement européen.
Après un long trajet au milieu du désert, nous nous arretâmes pour un thé et un repas frugal au Baghdad Café, référence pleine d’à propos au film du même nom - situé sur la route qui conduit de Damas à Baghdad. Reprenant notre route, nous parvîmes au site lui-même. Ici, pas de droit d’entrée ni de car de touristes, rien que nous et notre petite auto. Je pris un réel plasir à photographier les vieilles pierres encore debout, les maçonneries, les arcs-boutants de briques mais aussi les beaux cafards noirs, les lézards marbrés et les rares plantes du désert au cours d’une promenade en direction des canaux d’irrigation anciens. Certes, il y a peu de choses à voir ; les matériels archéologiques évoqués par J. Lafond sont aujourd’hui perdus et personne ne semble se souvenir que cet endroit présente un grand intérêt pour l’histoire du vitrail. Ce qui advint ici dans les années trente germa dans mon esprit et fut l’une des grandes sources d'inspiration de ce voyage. Celle-ci remplit cet espace désert de présences imaginaires, silhouettes étendues de caravanes allant pesamment sous le soleil, trouvant ici un refuge où goûter un repos réparateur mais aussi un avant-poste de l’empire omeyyade richement décoré et magnifiquement orné de vitraux multicolores..
 
 

Heidi